Problèmes conjugaux et professionnels...


(Témoignage authentique vécu par le pasteur Jean Peterschmitt, qui raconte lui-même cette histoire).




        Dürwangen est un petit village d’Allemagne où j’ai eu l’occasion de tenir une série de soirées d’évangélisation. Une dame d’un village, voisin, épouse d’un architecte, assiste à l’une des réunions parce qu’elle a appris que nous prions pour tous les problèmes. Elle est là, curieuse, et intriguée par ce qu’elle voit et vit. Le Saint-Esprit l’a visiblement touchée pendant la soirée.

        Ce que nous ne savions pas, c’est que son mari était sur le point de la quitter et avait déjà engagé une procédure de divorce. De retour à la maison, elle prit son courage à deux mains et demanda à son conjoint de lui accorder une dernière faveur avant de la quitter. Ce dernier, tout étonné, voulut savoir de quoi il s’agissait. Alors elle lui a demandé de l’accompagner à l’église du village voisin pour écouter un prédicateur français de passage. Cet homme accepta de faire un dernier effort à l’égard de son épouse et l’accompagna.

        La soirée se déroula normalement sans pour autant que cet homme ne soit particulièrement touché. Ce n’est qu’au chant final « Saisis ma main craintive » que l’épouse voit son mari pleurer à chaudes larmes. A la sortie de cette réunion, il prend son épouse dans ses bras et l’embrasse en lui annonçant :

            « Ma chérie, le divorce, c’est terminé. Nous allons nous réconcilier et recommencer une vie nouvelle. »


        « Le Saint-Esprit est venu me visiter, toute ma vie a changé ce soir-là » me raconte-t-il lors d’une visite chez eux peu de temps après l’évangélisation. Nous nous sommes unis dans la prière et Dieu a déversé dans nos leurs cœurs un amour réciproque qu’ils n’avaient jamais connu jusque-là. Et ce changement de vie s’est répercuté dans tous les domaines de leur existence. Non seulement la procédure de divorce a été stoppée, mais tout ce qui les entraînait loin de Dieu a été éliminé de leur vie ; ils ont notamment vendu leur bateau de plaisance qui se trouvait sur le lac de Constance. Les deux garçons de ce couple ont retrouvé une cellule familiale heureuse et unie sous la bannière de Jésus-Christ. Plus tard, à leur tour, ils sont devenus des serviteurs de Dieu.


        Quelques années après ces événements, ce cher architecte vient me voir à la maison avec son épouse. Il a un très grave problème professionnel qui le tourmente énormément :

            « J’ai entrepris la construction d’un lotissement de maisons individuelles. Malheureusement l’entrepreneur a fait faillite. J’ai contacté une autre entreprise. Mais elle non plus n’a pas pu achever les travaux. Un troisième entrepreneur a été sollicité alors que nous avions perdu beaucoup de temps à cause de ces changements. Les délais n’ont pas été respectés, et la pluie et les intempéries ont porté le coup de grâce en causant d’énormes dégâts au gros-œuvre. De ce fait, les futurs propriétaires se sont ligués contre moi pour plaider leur cause devant un tribunal et être remboursé des acomptes substantiels qu’ils avaient versés. Le tribunal a rendu son verdict après avoir fait inspecter le chantier et constaté les dégâts. Le verdict est très sévère… Je suis, poursuit-il, pleinement responsable devant la loi, des dégâts et des retards dans les délais de livraison puisque c’est moi le concepteur du projet. Et je dois, par conséquent, restituer les acomptes versés et payer des dommages et intérêts. Pour moi, c’est la ruine, je n’arriverai jamais à réunir une telle somme. C’est la plus grande détresse de ma vie. Et je ne comprends pas que Dieu ait pu permettre une telle catastrophe… »

Apparemment, la situation est très grave. Néanmoins je leur demande :
 

    -           Pouvez-vous encore croire que Dieu puisse vous tirer d’affaire ?

    -           Mais le tribunal a déjà statué, le verdict est prononcé, tout est perdu…

    -           Nous allons nous donner la main, leur ai-je dit, et prier. Jésus affirme : Là où deux ou trois s’accordent pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est dans les cieux (Matthieu 18.19). Prions maintenant avec foi.

 
Après la prière, ce cher frère me demande :
 

    -           Et maintenant, frère Jean, que dois-je faire ?

    -           Fais appel. Car tu n’es responsable ni des faillites successives ni du retard pris dans la construction de l’ouvrage, ni des intempéries.

        Il a suivi ce conseil. Et Dieu, qui est fidèle, est intervenu. La Cour d’Appel a rendu un nouveau jugement le disculpant, en invoquant le caractère imprévisible des intempéries, causant tant de dégâts. La responsabilité de l’architecte n’était donc pas engagée.

        Ma joie a été grande de voir la fidélité de Dieu. Il honore celui qui place sa confiance en Lui et qui obéit à Sa volonté en mettant Sa Parole en pratique. De temps à autres, je revois ce frère. Quelle joie de pouvoir nous entretenir de toutes ces belles expériences faites ensemble avec le Seigneur.

Issu de: Maintenant, mon oeil te voit. Reproduit avec autorisation.
Vous pouvez vous procurer ce recueil sur le www.philadelphie.com


Amie lectrice, ami lecteur, dans notre société il est important de noter qu'il n'est jamais trop tard pour que Dieu puisse agir dans une situation, quelle qu'elle soit. Au bord du divorce, puis au bord du gouffre, Dieu était là. Mais Il a attendu que ces personnes fassent appel à Lui. D'ailleurs, notez aussi que malgré la foi de ces personnes, les épreuves ne leur ont pas été épargnées, mais elles ont pu en sortir victorieuses, ce qui leur a donné au passage un motif de rendre gloire à Dieu! La vie chrétienne n'est de loin pas exempte d'épreuves, mais si vous placez votre confiance en Dieu, qui est tout-puissant, et que vous obéissez à Sa Parole, vous ne serez pas déçu car Il est fidèle.


Retour au sommaire

© 04/2005 - grossboss - tous droits réservés